Discuter de la consommation d’alcool avec le médecin généraliste

Un médecin généraliste est souvent le premier point de contact pour les personnes aux prises avec des problèmes liés à l’alcool. Ces médecins doivent être formés pour détecter la consommation problématique d’alcool ainsi que d’avoir la confiance et les compétences pour avoir des conversations ouvertes avec les patients.

Les commentaires des patients qui ont reçu le soutien de leur médecin généraliste aident à éclairer les conseils à avoir ces conversations.

Le but de cette étude qualitative était d’analyser les sentiments des patients atteints de troubles liés à la consommation d’alcool (AUD) qui ont subi des dépistages effectués par leur médecins généralistes.

Grâce à des entrevues, les chercheurs ont tenu à mieux comprendre ce qui suit :

  • perceptions de la consommation excessive d’alcool et d’AUD;

  • sentiments concernant la voie de soins pour l’AUD;

  • l’expérience du dépistage ou du diagnostic par les omnipraticiens; Et

  • attentes concernant le dépistage précoce de l’AUD.

Douze patients ont participé à l’étude.

Les thèmes qui ont émergé après l’analyse incluaient :

  • les gens se sentaient honteux, incompris et coupables autour de leurs habitudes de consommation d’alcool.
  • les discussions sur la consommation d’alcool ont eu tendance à se produire à la suite d’un événement
  • les participants estimaient que les omnipraticiens avaient souvent peur d’aborder le sujet et n’étaient pas formés pour traiter la question
  • L’importance du médecin généraliste dans l’acceptation des soins pourrait être fondamentale
  • Si le médecin généraliste discutait de la consommation d’alcool d’une manière appropriée, il pourrait être possible d’accroître la sensibilisation des patients
  • Souvent, parler avec un médecin généraliste a été ressenti comme un soulagement et a aidé les participants à être plus ouvert avec leurs amis et leurs familles.

Dans l’ensemble, cette recherche met l’accent sur le rôle crucial que les omnipraticiens ont souvent pour aider les gens à obtenir un soutien approprié et à s’ouvrir sur leurs difficultés. L’acceptation et la gentillesse sont essentielles car les patients souvent décrits se sentant jugés et stigmatisés. Cette rétroaction devrait servir à orienter les interventions et la formation des omnipraticiens qui travaillent avec des personnes atteintes d’AUD.

Citation
Discussing alcohol use with the GP: a qualitative study Sandra Coste, Laetitia Gimenez, Aurélie Comes, Xavier Abdelnour, Julie Dupouy, Emile Escourrou BJGP Open 2020; 4 (2): bjgpopen20X101029. DOI: 10.3399/bjgpopen20X101029
Country
France