Mortalité parmi une cohorte de buveurs lourds à Edimbourg - Glasgow

Published by
Scottish Health Action on Alcohol Problems

Un nouveau rapport sur les décès liés à l’alcool chez les gros buveurs à Edimbourg et Glasgow a été publié par le SHAAP sur la base de recherches financées par Alcohol Research UK et le Chief Scientist Office (Ecosse). Le projet a exploré les effets de l’alcool sur plus de 600 gros buveurs dans les deux villes, dont 105 (16,4 %) des participants initiaux étaient décédés à la fin de l’étude.

L’étude a révélé que ceux qui étaient morts avaient payé en moyenne moins par unité queles survivants, avec d’autres associations avec la mort, y compris le cidre blanc, la vodka, étant un hospitalisé à l’hôpital et de notation élevée sur un questionnaire sur les problèmes liés à l’alcool. La cause sous-jacente la plus fréquente de décès (46 % des cas) liée à des affections hépatiques, y compris l’hépatite et l’hépatocarcinome.

Le rapport recommande de poursuivre les travaux pour examiner les besoins des buveuses lourdes, en particulier à Glasgow. Les recherches futures devraient porter sur les questions liées à la santé mentale, en particulier dans le contexte des compressions dans les services sociaux et sur tout changement ayant une incidence sur la vente ou la disponibilité de l’alcool, en particulier le cidre blanc et la vodka.

À la fin de l’étude, un total de 105 (16,4 %) participants étaient décédés (l’âge moyen au décès était de 51,1 ans). Ce rapport donne un aperçu descriptif des caractéristiques de consommation d’alcool enregistrées à l’entrevue de référence pour ces participants décédés (partie A du rapport). Les renseignements liés à la cause de leur décès sont présentés à la section B. Enfin, les caractéristiques de base du comportement de consommation d’alcool des personnes décédées sont contrastées avec celles des caractéristiques de base des autres participants survivants à la section C du rapport. L’adhésion au groupe témoin survivant était limitée aux « patients survivants à plus long terme », c’est-à-dire aux patients qui ont survécu jusqu’à un âge qui dépassait la limite supérieure de l’intervalle de confiance de 95 % de l’âge moyen au décès des patients décédés. (Dans la pratique, cela signifiait que ceux dans le groupe survivant à long terme avait un âge à l’entrée à l’étude qui était de 53 ans.)

Attachments